Gautier Le Roux, un vagabond en roue libre

  •  / Un vagabond en roue libre
      / Un vagabond en roue libre

Il y a autant de voyages que de voyageurs. On voit souvent sur internet de jeunes blogueurs qui voyagent tous frais payés, qui testent des villes ou des pays comme on teste le dernier smartphone, et qui sont tout contents de récolter autant de "likes" et de "followers". Gautier Le Roux n'est pas de ceux là. En avril 2015, à seulement 21 ans, il a enfourché son vélo et, en toute discrétion, a quitté sa Bretagne natale, sa famille et ses amis, avec un but : faire le tour du monde à vélo !


Un héros discret

Je crois que je n'aurais jamais entendu parler de Gautier sans le blog de la librairie Ariane qui lui a consacré un article l'an passé. Il faut dire que le but de Gautier n'est pas l'exploit médiatique mais l'aventure personnelle. Il n'a pas choisi le confort mais la simplicité et ne ménage jamais ses efforts. Son projet de tour du monde à vélo est courageux et ambitieux, il m'a immédiatement séduite. La solidarité entre Bretons a fait le reste et voilà Gautier devenu le sujet d'un nouvel article de 7h09.
Gautier Le Roux, un vagabond en roue libre Gautier Le Roux, un vagabond en roue libre

La Petite Reine

Gautier est un amoureux du deux-roues depuis longtemps. Il raconte que cette passion lui est venue quand il a commencé à retaper de vieux vélos pour ses déplacements quotidiens. Il a également pratiqué le vélo de façon plus sportive puisqu'il a fait pendant plusieurs années du "pignon fixe" avec le collectif Rennes Fixed Gear. En 2009, alors qu'il traverse à pied la Corse par le GR20, il prend conscience de son goût pour le voyage et l'aventure. L'année d'après, il réalise son premier grand voyage à vélo. Côté professionnel, Gautier a également choisi l'action : il possède un BTS en Management du Sport et était, avant son départ pour le tour du monde, mécanicien dans un magasin de cycles à Rennes.
Gautier Le Roux, un vagabond en roue libre Gautier Le Roux, un vagabond en roue libre

Tour du monde sur deux roues

(sur les photos : Gautier c'est le jeune blond, le grand brun c'est Marcelo !)
Comme le dit Gautier, ce n'est pas le tour du monde qui l'a amené au vélo mais le vélo qui l'a amené au tour du monde. Le deux-roues était au cœur de sa vie alors, quand il s'est lancé dans un grand projet de voyage, le moyen de transport était tout trouvé. Gautier n'a pas de projet particulier, juste l'envie de partir et de découvrir le monde. Grâce à son vélo, il transporte presque 25 kg (guitare et diabolo compris) qui représentent toute sa vie, son indépendance et donc sa liberté. Le vélo permet d'avancer suffisamment vite pour envisager un tour du monde mais aussi de profiter du paysage et des rencontres faites en chemin. Depuis son départ, Gautier a appris qu'on ne sait jamais de quoi demain sera fait et qu'il faut savoir s'adapter. Ses attentes sont à la fois simples et ambitieuses : découvrir de nouveaux pays & cultures, sortir de la routine, mieux se connaître, se dépasser et vivre avec le strict minimum.
Gautier Le Roux, un vagabond en roue libre Gautier Le Roux, un vagabond en roue libre

Compagnons de route

Gautier a souhaité concevoir et réaliser ce voyage en solitaire. Mais quelques temps avant son départ, il rencontre Marcelo, un cycliste originaire du Salvador, qui lui aussi fait le tour du monde. Ils deviennent amis et le jour du grand départ, Marcelo est finalement à ses cotés. Pendant six mois, ils forment un excellent et solide tandem. Mais des problèmes de visas et des soucis familiaux obligent Marcelo à rentrer au Salvador. Gautier poursuit alors son voyage seul. En décembre dernier, il est rejoint par un autre cyclotouriste, Jordi, qui ne pédale finalement que deux semaines à ses cotés. Actuellement, il a un nouveau compagnon de route : Gurkan, un Turc qui fait lui aussi le tour du monde à vélo. Il faut être fort (ou un peu fou ?) pour décider de partir seul comme cela, pour se faire des compagnons de route puis assumer de les perdre, et pédaler, toujours pédaler...
Gautier Le Roux, un vagabond en roue libre Gautier Le Roux, un vagabond en roue libre

Son itinéraire

La préparation de ce voyage a pris deux ans à Gautier. Bien qu'il ait établi un itinéraire, il se laisse la possibilité d'en changer, de profiter des rencontres ou des opportunités, sans parler des réalités du terrain qui peuvent faire obstacle. Ainsi, il n'a pas obtenu son visa pour l'Arabie saoudite et a dû modifier son tracé. Pour résumer, Gautier quitte la Bretagne en avril 2015, traverse la France puis la Suisse, l'Italie, la Slovénie, la Croatie, le Monténégro, l'Albanie, la Macédoine, la Bulgarie, la Turquie... Il prend ensuite le ferry pour Chypre et passe, avec Marcelo et les vélos, en Israël en bateau-stop. Il découvre les territoires palestiniens puis pose ses roues en Afrique : l'Égypte, le Soudan, l'Éthiopie, le Kenya, la Tanzanie... À l'heure actuelle, il pédale en direction de l'Afrique du sud. J'espère qu'il a une petite pensée pour nous, coincés dans notre gris et froid hiver européen !
Gautier Le Roux, un vagabond en roue libre Gautier Le Roux, un vagabond en roue libre

Et l'avenir ?

Dans quelques mois, Gautier voguera vers le continent américain : Amérique du sud tout d'abord puis centrale et enfin du Nord. Viendront ensuite l'Asie, la Russie, le Nord de l'Europe et le retour au bercail. Combien de temps va lui prendre ce tour du monde ? Gautier n'en sait rien. Ce voyage n'a pas de durée prédéfinie ; il durera certainement entre 3 et 5 ans. La traversée de certains pays se fait assez rapidement mais Gautier sait également se ménager des pauses. Avec Marcelo, ils se sont arrêtés plusieurs semaines à Istanbul et plus d'un mois en Israël. Fin décembre, Gautier a eu la visite de ses parents et a séjourné quelques temps avec eux en Tanzanie et sur l'île voisine de Zanzibar. C'est ça le Slow travel !
Gautier Le Roux, un vagabond en roue libre Gautier Le Roux, un vagabond en roue libre

Philosophie du voyage

Gautier a conscience de se trouver dans des endroits souvent très beaux et très différents de chez lui mais il ne se sent pas émerveillé, il se sent simplement à sa place. Et rien à voir avec un voyageur blasé ! Je le cite : "chacun des kilomètres parcourus je l'ai senti, je l'ai vu, je l'ai vécu. Mon esprit et mon corps ont voyagé ensemble pour arriver jusque-là. Quand on part en vacances en avion ou autres transports à grande vitesse, le corps se déplace bel et bien mais l'esprit peut prendre du temps à arriver. […] Voilà pour moi la différence entre voyage au long cours et vacances. Le voyage devient un mode de vie". Quelle belle leçon !
Gautier Le Roux, un vagabond en roue libre Gautier Le Roux, un vagabond en roue libre

Le prix à payer

Côté budget, Gautier a choisi une fois encore la liberté et la discrétion : pas de financement participatif ni de sponsors mais un budget composé à 95% par les économies faites durant son diplôme en alternance et ses premiers jobs. Il a fallu en manger des pâtes ! Actuellement, la modération reste de mise : en moyenne, Gautier utilise 2 à 3 euros par jour. Sa plus grosse dépense reste les visas ; en Afrique, il faut souvent débourser 50 euros pour traverser un pays. Évidement avec un budget pareil, il ne dort pas à l'hôtel mais sous la tente ou grâce à l'hospitalité. Parfois, il doit pratiquer ce qu'il appelle "la technique de vagabond" : il propose ses services en échange d'une chambre. En Égypte, avec Marcelo, ils ont ainsi nettoyé toutes les toilettes d'un hôtel pour gagner en retour une nuit dans un vrai lit.
Gautier Le Roux, un vagabond en roue libre Gautier Le Roux, un vagabond en roue libre

Pas de tout repos

Gautier a connu quelques petits problèmes de santé et des moments un peu difficiles. Et pas seulement à cause des milliers de kilomètres parcourus ! S'il a été très bien accueilli dans des pays comme l'Albanie ou la Palestine, d'autres contrées semblent moins apprécier la présence de cyclotouristes. Malgré quelques rencontres sympathiques, l'Égypte a apporté son lot de mésaventures. Dans le Sinaï, les groupes armés djihadistes sévissent, il a fallu se faire petit. Il a aussi fallu faire attention aux meutes de chiens errants, aux voitures à la conduite dangereuse et négocier avec la présence policière et les checkpoints militaires. C'est là que Gautier a subi son premier jet de cailloux et c'est là que sa route a quitté celle de Marcelo... L'Éthiopie a également été une étape ardue. D'après Gautier, les Éthiopiens sont durs et il a été plutôt mal reçu : insultes, jets de pierre et mendicités lui ont laissé un souvenir âpre. Malgré tout, Gautier ne s'est pas découragé et a continué de croire à sa bonne étoile.
Le chemin est encore long et les aventures de Gautier ne font finalement que commencer. Le continent américain, l'Asie, la Russie... Bonne route Gautier. J'espère bien être là le jour où tu franchiras, en Bretagne, la ligne d'arrivée !


Bon à savoir

→ Sur le blog de Gautier, découvrez ses récits et ses anecdotes ainsi que de nombreuses et jolies photos des pays traversés et de sa vie au quotidien. Vous pouvez aussi retrouver Gautier sur sa page Facebook et son compte Flickr.
→ Attention, Gautier n'a pas accès à une connexion internet tous les jours. Depuis qu'il est en Afrique, ses connexions sont même très rares. Ses articles ne sont jamais mis en ligne en temps réel. Son vélo va plus vite que le Net !
→ N'hésitez pas à retourner régulièrement lire son blog et à lui laisser un message.
→ Vous pouvez aider Gautier en lui faisant un don (même de quelques euros seulement) via Paypal. C'est toujours bienvenu !


Photos : blog de Gautier Le Roux

Share

Commentaires

ktl

j'avais lu son portrait sur le blog d'Ariane et j'avais été épatée par ce jeune homme !

7h09

Ah oui, c'est bien ça : il est épatant !

Ajouter un commentaire

Souscrire au blog 7h09