New York : une journée à Coney Island

  • .. // New York, Coney Island//..

Par une très chaude journée de juillet, nous avons décidé de profiter de notre séjour à New York pour aller en famille à Coney Island. Ce n'était pas notre premier séjour dans la Grosse Pomme mais nous n'avions jamais été jusque là, jusqu'à l'extrême sud de Brooklyn. Le trajet a été toute une aventure mais nous n'avons pas regretté. Car comment aller à NYC sans rendre visite à Coney Island ?


Une visite incontournable

Située à l'extrême sud du borough de Brooklyn, Coney Island doit son nom à sa principale caractéristique géographique : c'est une ancienne île devenue péninsule. Cette partie de Brooklyn particulièrement éloignée de Manhattan et des lieux touristiques est à la fois une zone résidentielle, une vaste plage de sable et un parc d'attractions. Ici, pas de hipsters mais plutôt des classes populaires et des communautés d'immigrés.
Cet été-là, nous logions à Manhattan et nous avions décidé de prendre le métro pour aller découvrir Coney Island. Le trajet se présentait bien, il y avait très peu de monde dans le métro qui, sur cet itinéraire, est souvent aérien dévoilant ainsi le paysage urbain et des quartiers inconnus. Malheureusement, à mi-parcours, le métro s'est arrêté, "tout le monde descend !". La ligne était en travaux, il fallait descendre et prendre un bus peu climatisé mais extrêmement bondé. Le voyage nous a semblé très long !
Brooklyn, Coney Island Brooklyn, Coney Island

Une charmante vieille dame

Une fois à Coney Island, on est immergé dans un lieu à la fois pittoresque, un peu désuet et assez mythique. Avant d'y aller, j'avais déjà des images en tête car le cinéma a tourné de nombreux films ici. On voit la fête foraine et le fameux Riegelmann boardwalk (promenade de bord de mer en bois) dans Annie Hall de Woody Allen et dans 9 semaines et ½ d'Adrian Lyne (ah la scène avec Kim Basinger et ses ballons multicolores).
L'histoire de Coney Island n'est pas récente. Elle a d'abord attiré les foules grâce à ses plages de sable et dès la fin du 19e siècle c'est une station balnéaire en vogue. Puis, au début du siècle suivant, elle devient la plus importante "zone d'amusement" des États-Unis grâce à ses trois parcs d'attractions. Aujourd'hui, il ne reste plus grand chose du brillant de cette "Belle époque". C'est un peu carton pâte, un peu vide, mais j'aime ce charme d'autrefois.
Brooklyn, Coney Island

Encore vivante

Malgré tout, une fête foraine est toujours installée là et y faire un tour est incontournable. Ce n'est pas Disneyland mais on s'y est bien amusé ! Les courageux peuvent s'adonner au Cyclone Roller Coaster ou au Steeplechase version moderne et à bien d'autres choses. Il y a également des attractions pour les plus jeunes (et/ou les peureux comme moi). Le parc est ouvert d'avril à octobre, son entrée est gratuite pour tous, seules les attractions sont payantes. On peut donc simplement s'y promener.
Brooklyn, Coney Island, Cyclone Si les gens viennent à Coney Island, c'est aussi pour se promener sur les planches (comme on dit à Deauville), sur le célèbre boardwalk qui longe la mer. Le plaisir est (presque) illimité puisque la balade fait 6,5 km. En été, c'est très agréable, même s'il peut y faire chaud comme le jour de notre visite. L'hiver, c'est différent, plus vide et nostalgique mais assez charmant tout de même. Aux beaux jours, la plage de sable est très prisée même si je ne l'ai pas trouvée très jolie. C'est un lieu de grande affluence, surtout le week-end où de très nombreux habitants de Brooklyn, surtout ceux issus des classes populaires, viennent se rafraîchir. La communauté latino-américaine y vient en masse.
On se rend également à Coney Island pour visiter le New York Aquarium installé ici sur presque 6 hectares depuis les années 1950. Nous ne l'avons pas visité mais avons admiré ses peintures murales extérieures très colorées.
Brooklyn, Coney Island, Aquarium

Coney Island et ses traditions

Il se passe parfois de drôles de choses à Coney Island. Depuis 1916, elle accueille un des symboles de New York : les hot-dogs de Nathan's Famous. C'est ici que le premier local de cette chaîne de fast foods créée par un juif originaire de Pologne a été installé. Il se trouve toujours au même endroit, à l'angle des avenues Surf et Stillwell, et nous y avons dégusté le traditionnel "Empire New York dog" (un délicieux hot-dog à la choucroute). Chaque quatre juillet, l'entreprise organise un concours, le "Nathan's Hot Dog Eating Contest" ; le tenant du titre est capable de dévorer 70 hot-dogs à la suite !
Moins calorique mais tout autant festif, on peut également assister au "Coney Island Mermaid Parade", un défilé qui rassemble chaque année des habitants déguisés en sirènes et autres personnages marins dans le but de célébrer l'arrivée de l'été. Les sirènes topless sont les reines du défilé !
Brooklyn, Coney Island, Nathan's

Brighton Beach

New York est une mosaïque d'origines et de langues. Comme elle ne fait rien à la légère, ici, un quartier exotique est très très exotique ; on a vraiment l'impression d'être dans un autre pays. Personnellement, cela me fascine. Alors comment aller à Coney Island sans faire un tour dans le quartier voisin de Brighton Beach alias "Little Odessa" ou "Little Russia" ? Ce quartier était au départ connu pour sa proximité par les parcs d'attractions de Coney Island et pour sa plage. Historiquement, c'est celui des immigrés juifs originaires d'Odessa (actuelle Ukraine) puis de Juifs rescapés de la Shoah auxquels s'ajoutèrent dans les années 1990 des familles fuyant l'U.R.S.S. Brighton Beach est également connu pour être (ou avoir été) un haut lieu de la Mafia russe. Il a servi de toile de fond à plusieurs films dont Little Odessa et Two lovers de James Gray (deux très bons films). Dans les rues, on croise des citoyens de l'ex-U.R.S.S. dont le look reflète encore la mode des années 1990, c'est assez irréel !
Brooklyn, Brighton Beach

Welcome to Russia !

Après notre visite de Coney Island, nous avons donc cheminé sur le boardwalk, en longeant la mer, en direction de l'est (au propre comme au figuré). Une fois l'immense terrasse du (très soviétique) restaurant Tatiana dépassée, on remonte vers le nord : ça y est, on est en Russie (ou plutôt en U.R.S.S. devrais-je dire) ! Une partie du quartier est parcourue par le métro aérien, ce qui lui donne une ambiance particulière. Pour être sincère, il n'y a pas grand chose à faire ici, si ce n'est se promener un peu et faire quelques achats (cf. rubrique "Infos pratiques"). Mon but était surtout de manger dans un restaurant russe. Notre dîner au Café Glechik a été un voyage gustatif mais aussi culturel et linguistique (notre serveuse ne parlait que le russe, ici l'anglais est une langue étrangère). Nous nous sommes régalés de différents types de ravioles (pierogi, vareniki, pelmeni...) avant de rentrer à Manhattan (avec un métro plus direct cette fois !).
Brooklyn, Brighton Beach

////////////////////////////////////////

Si vous allez à New York et avez un peu de temps, faites un tour à Coney Island ! Depuis la fin du 19e siècle, cet endroit a accueilli des générations de New-yorkais mais il n'est pas sûr qu'il soit éternel. À plusieurs reprises, il a été question de se lancer à Coney Island dans des projets immobiliers de grande envergure et également de remplacer le traditionnel boardwalk par un revêtement plastique. À chaque fois, il y a eu une levée de boucliers. Don't touch Coney Island, c'est sacré !



Infos pratiques

Pour aller à Coney Island : le plus simple (si tout se passe bien) c'est de prendre le métro jusqu'à la station "Coney Island" (de là, on est à quelques minutes à pied de la plage). À partir de Manhattan, le trajet dure environ 1h.
Pour aller à Brighton Beach : prendre le métro jusqu'à la station "Ocean Parkway" ou "Brighton Beach" (1h environ).
Pour manger russe : le Café Glechik (3159 Coney Island Avenue) a fermé il y a quelques mois pour travaux et n'a toujours pas rouvert. Il semblerait que le restaurant Skovorodka (au 615 Brighton Beach Avenue) soit aussi très bien. Dans Brighton Beach Avenue, on trouve de nombreux commerces comme Kalinka Gifts (au n°24), St. Petersburg Bookstore (n°230), Ocean Wine & Liquor (n°514), la boulangerie russe La Brioche (n°1073)…
Pour tout savoir sur l'histoire de Brighton Beach, je vous conseille l'excellent article du Monde.


Photos : VNS sauf photos n°2 (Craig, C.C.), 8 (Calvin Snyder, C.C.) et 9 (Flickr, C.C.)